CREER

Club Refonder une Ecologie Responsable

40 ans après la candidature de René Dumont, la situation de l’écologie politique en France s’est profondément transformée : l’écologie n’a jamais été aussi présente dans les préoccupations des Français-es, dans l’agenda politique (COP21, transition énergétique, lutte contre la pollution dans les villes, etc.), voire même dans la sphère économique (économie verte, sécurisation des investissements, etc.).

Partout dans les territoires, des femmes et des hommes inventent un nouveau monde centré sur le mieux-vivre, où « l’être » passe avant « l’avoir », où l’on construit un modèle de développement respectueux de la nature.

Ces défricheurs ont besoin de relais politiques, de porte-voix dans les institutions pour les accompagner et mettre en œuvre des politiques publiques de transformation. Sans attendre le grand soir, ces écologistes du quotidien attendent que l’on se batte pour leurs idées et qu’elles se concrétisent dans les actes, en dépassant les vieux clivages politiques et les postures conservatrices.

Le club CREER a vocation à contribuer à faire émerger une nouvelle culture de l’écologie politique, en mettant au débat, à ciel ouvert, son rapport au pouvoir, à l’entreprise, etc. et à rassembler les acteurs de la transformation écologique, celles et ceux qui mettent la main à la pâte pour prendre leur part du changement, celles et ceux pour qui la confrontation systématique n’est pas la panacée, celles et ceux pour qui l’écologie est porteuse de solutions conciliant efficacité, solidarité, humanisme et transition écologique.

Loin des anathèmes et des injonctions partisanes, CREER entend bâtir des ponts avec les acteurs de l’écologie dans leur diversité, qu’ils s’impliquent dans le champ politique, associatif, économique, syndical, pour contribuer à la fondation d’une écologie du 21ème siècle, profondément responsable au regard des enjeux et opportunités auxquels se confrontent nos sociétés, et donc déterminée à peser et à privilégier l’efficacité du « faire ensemble ».

Le club CRÉER (Club pour refonder une écologie responsable) a été lancé le samedi 9 avril dans le 12ème arrondissement à Paris. Autour de Denis Baupin, en présence d’Emmanuelle Cosse, Barbara Pompili, d’élus locaux et de membres de EELV, de Écologistes!, de l’UDE, du Front démocrate dont Jean-Luc Benhamias, mais aussi de la parlementaire socialiste Sabine Buis et de nombreux acteurs de la société civile, du monde économique ou associatif (étaient présents Michel Colombier, Arnaud Gossement, Sonia Lioret, Myriam Maestroni, Serge Orru…). Jean-Vincent Placé et François de Rugy, soutiens de cette initiative, n’ont pu malheureusement pas être présents lors de cette réunion de lancement.

Elles et ils ont dit

En démocratie, la seule façon d'avancer, c'est le compromis. Avoir raison seul c'est insuffisant.

Denis Baupin

Denis Baupin

CREER est un club de réflexion ouvert, pas un nouveau parti, pas une écurie pour 2017, pas une autre Fabrique Ecologique !

Denis Baupin

Pour une écologie du dialogue, co-construite, ouverte, conviviale, bienveillante, à la hauteur des responsabilités !

Première table ronde

« Pouvoir(s), contre-pouvoir(s) : quelles complémentarités des modes d'actions pour les Ecologistes ? »

Célia Blauel

Il y a urgence à casser les codes traditionnels pour faire émerger de nouveaux modèles politiques écologiques.

Célia Blauel

Comment dans les contre-pouvoirs, on s’organise pour créer de nouvelles alliances et aller plus loin dans notre projet ?

Célia Blauel

Je suis au pouvoir à Paris, je l’assume. Je suis aussi un contre-pouvoir, c’est essentiel.

Bernard Jomier

Moi qui suis dans un exécutif, je pense qu'il faut dialoguer et construire pour faire avancer l'écologie.

Bernard Jomier

La France manque d'une culture de la coalition. Soit on est pur, soit on est impur. Je préfère le dialogue aux anathèmes.

Bernard Jomier

« Un ministre, ça ferme sa gueule ou sa démissionne » : c’est stupide ! On peut ne pas être d'accord sur tout et participer.

Arnaud Gossement

Le monde écologiste est un archipel de petites îles qui ne sont pas reliées entre elles. Il manque aujourd'hui une plateforme.

Arnaud Gossement

Reconnaissance du préjudice écologique : on n’aurait pas pu obtenir une telle avancée sans écologistes au gouvernement et au parlement.

Arnaud Gossement

Deux enjeux-clés pour CREER : le fonctionnement de la démocratie et la création d'emploi par l'économie circulaire.

Barbara Pompili

Il y a trop d'entre soi chez les écologistes, nous avons besoin de débats.

Barbara Pompili

Il faut occuper tous les postes où se prennent les décisions qui nous permettront d'avancer vers notre idéal !

Barbara Pompili

Les écolos bloquent sur la question du pouvoir et du compromis, mais nous avons toute notre place dans la famille.

Seconde table ronde

« Politiques-entreprises : quelles voies du dialogue, quelles convergences pour faire progresser la cause de l'écologie, mais aussi de l'emploi ? »

Sonia Lioret

On a besoin d’avoir des liens de confiance entre les entreprises et les politiques, nous devons faire des alliances.

Sonia Lioret

Le politique doit offrir aux entreprises une vision, une dynamique d'écoute et de co-construction.

Sonia Lioret

Comment faire pour libérer les énergies des entreprises pour leur permettre un développement écologique ?

Myriam Maestroni

Il y a aujourd'hui de l'espace pour cette 3ème voie où on va pouvoir conjuguer croissance et écologie !

Myriam Maestroni

On parle toujours de la dette de l'état mais jamais des 74 milliards € épargnés en France en 2015, grâce aux investissements verts.

Myriam Maestroni

Pour parler de croissance il faut parler de marchés et d'emplois et il faut adopter un nouveau paradigme « éco-énergétique »

Serge Orru

Etre écolo c'est poloniser et être bienveillant d'abord.

Serge Orru

Les écologistes connaissent trop mal l'entreprise, le monde syndical et le monde du travail.

Serge Orru

La question c'est : comment ringardiser les sociétés qui détruisent l'environnement et notre vital !

Troisième table ronde

« Quelles priorités pour que les idées de l'écologie pèsent dans les mois et années à venir ? »

Michel Colombier

On a besoin de donner raison à ceux qui veulent que les choses changent, et pas seulement sur les questions écologiques !

Michel Colombier

La transition est angoissante, on va vers une radicalité de la transformation.

Sabine Buis

La priorité politique, c'est de cesser de s'interdire de dialoguer avec les autres.

Sabine Buis

L'écologie est encore trop urbaine elle doit s'adresser à la diversité du public, aux territoires ruraux, proposer des solutions réalistes !

Sabine Buis

Il y a une grande partie de la société qui est « écolo convaincue » mais qui se trouve dépourvue.

Jean Luc Bennhamias

Énergie, climat : on a peu de temps pour aboutir sur des schémas structurants. Le fait qu'il y ait des ministres au gouvernement est une condition essentielle à leur mise en place.

Jean Luc Bennhamias

Il faut se demander comment on peut rassembler nos différents petits mouvements écologistes pour pouvoir peser ensemble. Il faut rassurer nos concitoyens.

Emma Cosse

Entrée au gouvernement : il faut agir plutôt qu'attendre les bras croisés la victoire d'une droite revancharde anti-écolo en 2017. Ne nous trompons pas d'ennemi.

Emma Cosse

Aucun regret sur mon choix car même si on ne gagne pas tous ses combats, on se bat. Le fait qu'il y ait des ministres au gouvernement ça permet de contrer le travail des lobbies.

Emma Cosse

Nous sommes là parce que nous portons des idées radicales, notre défi est de construire les moyens politiques de leur acceptation.

Emma Cosse

Nous devons construire avec les autres pour faire la transition écologique, la rendre acceptable et non subir les menaces environnementales.